Les bouquetins du Bargy assassinés

Eric C

Eric C

Moniteur escalade/canyoning

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Genoud-Prachex Bernard dit :

    La densité de ces animaux est disproportionné pour le territoire dans lequel ils évoluent. Il deviennent de véritable animaux domestiques. Dans le Chablais, nous en avons rencontrés vautrés sur les chemins très fréquentés. Il n’ont pas été surpris ni dérangés. Dans tous les autres massifs, Du Léman à la Méditerranée y compris en Suisse, nous les avons toujours approchés avec les jumelles.
    Ce n’ai pas le cas dans le parc de la Vanoise ou ils sont beaucoup moins visibles pour les non initiés.
    La décision de les réguler a été prise beaucoup trop tard, cela les aurait rendu plus farouches et donc sauvages. Alors bien sur, maintenant tout le monde est responsable, Etat, Onf, Éleveurs, Maires, Chasseurs et aussi accompagnateur en montagne.
    Vous qui vivez de la montagne qu’avez vous fait, lorsque vous accompagnez des clients et approchez de trop près ces animaux????? Alors, maintenant que c’est une catastrophe, qu’est ce que vous faite ?????

  2. Eric C Eric C dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre commentaire. Personnellement je ne ferai rien. Premièrement parce que c’est aux pouvoirs publics d’agir en concertation avec les acteurs locaux. Le problème que vous évoquez : animaux devenus domestiques a sans doute quelque chose à voir avec les pratiques d’élevage, de chasse et de tourisme dans ce massif je vous le concède. Vous parlez des accompagnateurs en montagne mais je suis personnellement Brevet d’Etat d’escalade et mon exercice professionnel est limité à 1500 mètres d’altitude, vous n’aurez donc aucune chance de me voir travailler au col de la colombière l’été puisque le col se trouve au-dessus de 1600 m, vous pouvez par contre vous adresser aux accompagnateurs en montagne ou aux guides de haute-montagne via les compagnies et bureaux locaux.