escalade-falaise-lyon-curis-monts-dor

Escalade en falaise

Lyon ce n’est évidemment pas le sud de la France, ni l’Espagne et à première vue les falaises à proximité raisonnable (une heure de voiture) de Lyon sont rares. Vous vous dites que votre dernier voyage à Kalymnos vous a bien plus et qu’il va falloir patienter 1 an avant de retourner tâter de la colonnette dans des voies de 50 m. On trouve peu de voies de 50 mètres autour de Lyon par contre on trouve des colonnettes et pas si loin que ça !

Voici une sélection de quelques unes des falaises facilement accessibles depuis Lyon.

Autour de Lyon à la demi-journée ou en soirée

Il est possible de grimper en falaise autour de Lyon en soirée : les falaises de Curis au Mont d’Or, Limas, de Jardin (proche de Vienne) et des monts du lyonnais (Riverie, Saint-Symphorien sur C., col des Sauvages) sont facilement accessibles en 30 minutes de voiture. Les sites de bloc d’Yzeron et de Saint-Genis les Ollières (accessible en TCL) complètent ce panorama de la grimpe autour de la ville.

De nombreuses falaises intéressantes sont accessibles à la demi-journée. Le Pilât abrite quelques falaises d’escalade dont celle de Doyzieux. Idéale l’été, elle offre une possibilité de grimper non loin de Lyon dans un cadre sauvage. Le saut du Giers et Roche Corbière (gouffre d’Enfer) offre des escalades de quelques longueurs où s’initier aux manip de grandes voies.

Dans le nord Isère, les falaises de Vertrieu et de Hières sur Amby méritent également une visite à la demi-journée.

A la journée : falaises de l’Ain, de Savoie et du Bugey, la Bourgogne

Cerdon et Neuville sur Ain : ces 2 falaises sont les premières falaises qui ont été équipées dans le Bugey. L’escalade qui se déroule sur des murs courts peut y être déconcertante pour un grimpeur de salle. A noter que ces falaises ont été rééquipées en 2015.

Crept : la falaise de Crept est sans doute ce qui se fait de mieux à proximité de Lyon (compter une petite heure de route). Le calme, une vue dégagée, une orientation globalement sud, des voies de tous niveaux jusqu’au 8 dans différents styles : dalles, murs raides, dévers, colonnettes. Même si certaines voies ont souffert de bricolage, la plupart sont dignes d’intérêt. Des classiques comme Idéal Rationnel et Fonctionnel (7a/+), Petits Trous X (7a), rue des Murailles (7b) sont des voies à faire bien qu’elles pourront surprendre des grimpeurs habitués à ces cotations dans d’autres falaises !

Virieu-le-Grand et Essieu (Contrevoz) : plus loin les falaises de « Virieu » et « Contrevoz » sont également fréquentées par les grimpeurs lyonnais le week-end. Ces falaises sont globalement orientées sud et sont vite chaudes lorsqu’on approche de l’été même s’il est possible de jouer avec les orientations. Un secteur plus récent a vu le jour à Virieu il y a quelques années : le Vallon Perdu. Il permet de grimper au frais durant l’été, en revanche ce secteur est interdit à certaines périodes de l’année.

Lhuis (grotte de l’écureuil) : cette petite falaise orientée au sud qui domine le Rhône et l’ex-centrale nucléaire de Creys-Malville offre des voies de tous niveaux à partir de 5b jusqu’à 7c. Le pied des voies est dégagé et idéal pour les enfants.

Parves : Parves est un site équipé dans les années 90 qui a vu de nombreuses ouvertures dans les années 2000. De par son orientation nord, c’est un site idéal lors des chaudes journées d’été ou l’intersaison, en revanche, impossible d’y grimper en hiver.

La Balme de Yenne et Saint-Didier : les grimpeurs forts s’y retrouvent le week-end ou en semaine. Grâce à l’autoroute, la Balme comme on l’appelle, est accessible en moins d’une heure depuis Lyon. Des voies mythiques s’y trouvent dans des niveaux de difficulté à partir de 7a  : les Colonnettes (7a), Trou de coucou (7b), Cathédrale (7b+), la Bérhault (7b+), le maillon (7c+), Vénus (8a). De forts grimpeurs savoyards comme Mathieu Bouyoud fréquentent régulièrement la falaise et y équipent encore des voies. On y compte plusieurs voies dans le 9éme degré (7 à ce jour !). La falaise de St-Didier est le pendant hivernal de la Balme : la falaise située au sud avec des voies dures, à condition qu’elles soient sèches…

Non loin de là, la grotte de Virignin dans l’Ain offre des voies tout aussi intéressantes que la Balme. Grâce à un gros travail de ré-équipement d’ouvreurs locaux comme Cyrille Bouchard, cette falaise, longtemps réservée à l’élite des grimpeurs, compte de nombreuses voies en 6 bien équipées.

N’oublions pas la Bourgogne, une région connue pour le bon vin mais qui recèle aussi de falaises intéressantes : Vergisson, Cormot le Grand, Rémigny pour ne citer que ces 3.

En poussant un peu à la journée : le Vercors, l’Ardèche et le Diois

Le Vercors (Presles, la Goulandière, les grands goulets et petits goulets, l’Auberge Espagnole et la Plage à Tamée) : les sites du Vercors sont un peu plus éloignés mais accessibles à la journée.

Omblèze : été comme hiver, Omblèze comblera tous les amoureux de la falaise. Que ce soit en dalle en face sud à la falaise d’Ansage ou au frais dans les gorges sur dévers et colonnettes, Omblèze est le paradis de la grimpe en sud Vercors. Sans oublier, la grande voie mythique d’Omblèze : L’Hirondelle des Faubourgs.

Pont-de-Barret : il est rare de ne pas croiser de lyonnais à Pont-de-Barret les belles journées d’hiver, c’est un site idéal pour reprendre l’escalade en falaise.

Outre Pont-de-Barret, le Diois compte d’autre très belles falaises : Saou, les 3 Becs et la Pelle.

Plus loin : au week-end

Plus loin : Buoux, Saint-Léger du Ventoux, Vénasque, Ceüse, les gorges du Verdon, les Calanques, les falaises du Gard (Seynes, Russan), les gorges du Tarn et de la Jonte.

Si on a la chance de pouvoir partir un week-end entier, les falaises du Sud de la France sont rapidement accessibles par l’autoroute A7. Compter de 2 à 3 heures pour se rendre sur les sites du Gard, du Vaucluse et des Hautes-Alpes, 3 heures 30 pour le Tarn, la Jonte et les gorges du Verdon.