Archives de catégorie : Non classé

Espace Escalade à l'Abresles proche de Lyon

Les cotations en escalade

Les COTATIONS en escalade sont une mesure de la difficulté des voies d’escalade qui se base sur plusieurs critères plus ou moins objectifs.

Elles passionnent ou terrorisent les grimpeurs mais lui mènent toujours la vie dure une fois dans la voie. Dans une grande partie de l’Europe (France, Espagne, Italie, etc.), elles vont de 3a à 9c en passant par les « a, b, c » et les +.

Aux États-Unis, on parlera de 5.9, 5.10, 5.11, etc. avec des « a, b, c, d » mais pas de +. Il existe aussi des cotations britanniques, australiennes, norvégiennes, japonaises, etc.

Pas si simple, bien que la norme européenne soit plus ou moins comprise par tout le monde, comme la langue anglaise en quelque sorte…

Pour simplifier, vous débutez dans le 4 et le 5, vous posez les pieds dans le 6, vous tirez fort dans le 7, l’escalade c’est votre vie dans le 8 et devient une religion dans le 9. A l’heure d’aujourd’hui, Adam Ondra travaille un 9c… ça laisse songeur.

Pour y voir plus clair, voici un convertisseur de cotations

Centres sociaux, clubs et collectivités | Equilibre Vertical

Découvrez notre programme des activités de pleine nature pour les clubs, collectivités, centres sociaux, MJC et tous autres accueils de mineurs à Lyon et en région Auvergne Rhône-Alpes.

Nos activités sont l’escalade, la via ferrata, le canyoning, la slackline. Toutes ces activités sont encadrées par des moniteurs disposant de Brevet d’Etat (Equilibre Vertical à Lyon) et à destination de nombreux publics, y compris les enfants.

Téléchargez le programme des activités 2016 au format PDF.

programme-activites-collectivites-equilibre-vertical-2016

Finale Ligure : la renaissance italienne de l’escalade

Finale Ligure est une station balnéaire de la côte ligure italienne. On y grimpe depuis des décennies puisque que les premières voies sportives d’escalade ont été ouvertes dans les années 70 ! Alors Finale Ligure, falaise des années 80 ? Pas du tout, tant les ouvertures depuis on été nombreuses et l’équipement revu dans de nombreuses voies classiques.

Ne cherchez pas une face comme à Céüse, ici l’escalade se déroule dans de multiples secteurs dispersés dans les montagnes autour de la ville de Finale Ligure et des villages aux alentours : Finalborgo, Orco, etc. Il vous faudra sans doute un peu de temps pour maitriser la géographie locale mais après 2 ou 3 jours sur place, tout vous paraitra plus clair !

Grimper à Finale Ligure : tous les gouts en toutes saisons

Côté grimpe que trouve-t’on à Finale ? Réponse : de tout ! Couennes, grandes voies et même un peu de bloc sur de très nombreux secteurs de toutes orientations.

Monte Sordo : secteurs d’hiver en dalle et colo

D’accès facile depuis Finalborgo, le vallon de Monte Sordo offre des escalades de 1 et 2 longueurs sur une molasse calcaire qui rappelle le rocher du vallon de l’Aiguebrun à Buoux. Les grandes envolées sur dalles à trous du secteur Centrale sont géniales et on y trouve également des colonnettes au secteur Lo Specchio. Ces secteurs sont parfaits pour l’hiver, au soleil toute la journée. L’équipement a été revu dans la plupart des voies par rapport à l’ouverture : c’est souvent abondant et béton.

Eric remonte les colonnettes de Schizzéchéa (7a) au secteur Lo Speiccho à Monte Sordo

Eric remonte les colonnettes de Schizzechea (7a) au secteur Lo Specchio à Monte Sordo

Au-dessus du secteur Parete Dimenticata, il ne faut pas louper la célèbre grotta dell’Edera, on y grimpe dans un tube sur de belles voies pour la plupart de continuité. La grotte est à réserver pour les journées plus chaudes car l’hiver la grotte prend très peu le soleil.

Grotte dell’Edera (photo Andrea Revello)

En face du hameau de Monte Sordo, la face nord propose des voies pour l’été avec un secteur dédié au haut niveau Finalese : Grotta.

Secteurs autour de Boragni et Orco

A la grotte de Strapatente, nous avons visité le secteur à droite de la grotte. Au programme : des colonnettes et l’un des plus beaux 6c de Finale Ligure : Sonico, si tenté que ce soit un 6c tellement c’est raide ! Attention aux cotations old-school dans certaines voies du secteur, je vous laisse la surprise, mais allez-y sans crainte : l’équipement à base de broches inox est abondant et béton.

Océan de colonettes à la grotta de la Strapatente

Océan de colonettes à la grotta de la Strapatente

Eric remonte les colos des beaux 7a/b de la grotta della Stratapente

Oltre Ligure : le renouveau de Finale

Depuis 2000 de nombreux secteurs d’escalade ont été ouverts dans les vallées à l’ouest de Finale Ligure : ces secteurs sont décrits dans le topo Oltre Finale de Andréa Gallo (voir section topos de l’article).

Pour tous les goûts avec de nombreux dévers, dont certains à colonnettes (comme sur la photo ci-dessous à Rocca della Bassura), dans toutes les orientations ce qui permet de grimper en toutes saisons. Attention cependant l’hiver, certains secteurs de fond de vallée passent un peu plus tardivement au soleil que ce qu’indique le topo.

Les colos de Rocca della Bassura à Oltre Finale

Les colos de Rocca della Bassura à Oltre Finale

En conclusion, si vous voulez passer une ou plusieurs semaines à grimper sur du beau caillou dans tous les styles de grimpe dans un niveau 6 et 7 : Finale Ligure est fait pour vous !

Pratique

Les topos : plusieurs bibles existent

Pour grimper à Finale Ligure vous avez le choix entre 2 topos ou plutôt 2 bibles tellement les ouvrages sont denses : celui d’Andréa Gallo FINALE 8.0 et celui de Versante Sud FINALE Climbing.

   

Dense ne veut pas toujours dire clair… Je ne parlerai que de celui que je connais : celui d’Andréa Gallo (FINALE 8.0). Avant de comprendre l’organisation des différents secteurs et les accès routiers et pédestres, comptez une ou plusieurs heures d’étude du topo et d’annotations diverses et variées dedans : lien vers les plans de secteurs, cotation sur les voies, etc. Pas de coordonnées GPS et des tracés de sentiers pédestres approximatifs vous vaudront sans doute quelques petits détours ! En revanche, le topo est très complet, sans faute, les expositions sont bien indiquées et il se révèle pratique pour trouver les secteurs au soleil. La notation des voies de 1 à 3 étoiles et la classification technique/bloc/continuité nous ont paru correctes.

Pour les secteurs d’Oltre Finale, il n’existe qu’un topo : celui d’Andréa Gallo.

topo-oltre-finale-gallo

Hébergement

En gîte dans la région de Finale Ligure ou camping au pied de la falaise de Monte Cucco : eau, douche froide en plein air et toilettes (le prix de la nuitée est libre).

Le bivouac est toléré sur certains parkings. Soyez respectueux, si vous choisissez cette option, emportez vos déchets et laisser ces endroits comme vous les avez trouvés. Certains parkings disposent d’un point d’eau.

A faire autour de Finale Ligure

La côte ligure regorge d’activités pour les jours de repos. Outre la plage, vous pouvez flâner dans les rues de la veille ville de Finale Ligure et découvrir la ville de Noli et son marché de pêcheurs à l’est. De nombreux restaurants proposent des plats à base de poissons frais et bien sûr des pizze !

Marché des pêcheurs à Noli

Marché des pêcheurs à Noli

Trattoria dans la veille ville de Finale Ligure

Trattoria dans la veille ville de Finale Ligure

Finale Ligure regorge de pizzeria pour les soirées

La spécialité italienne : la pizza

Gorges du Verdon – Le Schisme (Faudou)

Durant un cours séjour à la Palud sur Verdon en novembre, nous avons parcouru le schisme avec Laurent, une voie Faudou des gorges du Verdon située à l’extrémité ouest du jardin des Bananes.

Le schisme : une voie au frais sur du beau rocher

Sur les 5 longueurs que compte le schisme pour remonter depuis le jardin des bananes jusqu’à la crête, seules les 3 dernières sont très classes. La première longueur en fissure, nous a paru pénible et la seconde un peu renfougne, en revanche les 3 longueurs suivantes sont bien raides et sur un rocher dément, surtout la 4ème en 6b+ qui mérite le déplacement. Le dernier 7a est une très belle longueur de continuité de 45 mètres et se grimpe bien à vue avec un peu de conviction.

A l'attaque en 6c+ du schisme : une longueur peu commode en 6c+

L’avantage de la voie est qu’elle passe à l’ombre assez vite en début d’après-midi puisque l’escalade se passe à l’intérieur de l’énorme faille qui descend de la crête. C’est donc une voie intéressante pour l’été. A droite de cette faille, on peut apercevoir la voie Hellfest qui remonte le pilier, un objectif pour une future visite dans le Verdon.

Reportage France TV sur Buoux

France 3 Côte d’Azur a réalisé un beau reportage qui mêle histoire et escalade à Buoux. En invités Marco Troussier et Antoine Le Ménestrel.

Explication du nom de « la Rose est le Vampire » par Antoine Le Ménestrel, ouvreur de génie à Buoux.

Interview d'Antoine Le Ménestrel

Interview d’Antoine Le Ménestrel

Lien vers la vidéo :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/cote-d-azur/emissions/chroniques-du-sud/actu/ce-samedi-7-mars-16h15-retrouvez-chroniques-du-sud-buoux-ou-la-verticale-du-plaisir.html

 

Aiglun : les plus belles grandes voies de France

Aiglun est un petit village des Alpes Maritimes logé sur un versant très ensoleillé. Les gens du coin vous diront qu’il règne un micro-climat, c’est sans doute vrai quand on voit la différence de température avec le pays du Verdon tout proche.

Le coin est très prisé en haute-saison estivale pour la fameuse « clue » qui fait le bonheur des pratiquants de canyoning : l’Esteron a creusé dans le calcaire de hautes parois de plusieurs centaines de mètres. La paroi la plus médiatisée est sans doute la paroi Dérobée où des grandes voies extrêmes ont été tracées par Philippe Musatto : Ali Baba et les 40 voleurs pour ne citer que ces 2 voies.

Pourtant Aiglun ne se résume pas à ces voies dures puisque de nombreuses voies de tous niveaux parcourent les beaux murs de la clue. Certes Aiglun ne propose pas autant de voies que des sites comme les gorges du Verdon ou Presles mais la qualité des voies y est exceptionnelle puisque les parois sont verticales voire déversantes et le rocher y est très compact et offre une multitude de prises : gouttes d’eau, trous, colonnettes de toutes tailles, tout y est ! La hauteur moyenne des voies est de 200 mètres ce qui permet de sortir en quelques heures, idéal pour les courtes journées hivernales.

Laurent pose devant la paroi principale d'Aiglun

Laurent pose devant la paroi principale d’Aiglun

La grande voie la plus classique de la falaise dans un niveau de difficulté et d’équipement tout à fait abordable est la cerise sur le gâteau. Pour sortir des chemins battus, nous avons parcouru avec Laurent 3 voies un peu plus difficiles, particulièrement jolies, parmi les plus belles voies que j’ai pu parcourir en France. Rien que ça !

Le mur du bas de la Cerise

Une cordée remonte le mur du bas de la Cerise sur le gateau, la grande classique d’Aiglun

Un accès et un retour top rapide !

On accède au pied des différents secteurs en seulement 20 minutes de marche depuis le parking à côté de l’aire d’atterrissage des hélicoptères, la sente d’accès part à gauche du préau, puis tourne à gauche 300 mètres plus loin à la première fourche. Suivant le secteur (Saga ou Cerise), on quittera le sentier plus ou moins tôt pour se diriger vers la falaise.

Le retour se fait depuis le haut des voies en 20 à 30 minutes suivant le secteur où on grimpe : compter 20 minutes depuis Saga/Dissipation et 30 minutes depuis le haut de la Cerise.

Cocotte Minute : une voie récente en dalle et légers dévers

Je commence par la moins déversante. Cocotte Minute se trouve juste à droite de la Cerise. Il s’agit d’une voie récente, ouverte en 2009 par Barbara et Bernard Duterte, qui emprunte les plus belles parties de la falaise : dalles, dévers, surplombs, bombés, tout y est. Après une longueur en dalle difficile à froid en 6c, nous buttons sous le dévers à colo. La petite (mais costaud) longueur qui suit déverse pas mal. J’ai trouvé que l’enchainement valait un bon 7b, je casse une prise au repos… dommage. On rejoint une vire par une longueur scabreuse en 4+ : attention si des cordées sont engagées dans la Cerise, ça parpine facilement dans ce coin de la falaise. Ensuite la voie s’attaque aux belles dalles du centre de la paroi en 2 longueurs exceptionnelles en 6b+ puis 6a+/b, avant de buter sous la partie déversante rouge du haut de la falaise.

Au départ de Cocotte Minute : 6c technique

Suit une grande longueur déversante bien aérienne avec un surplomb qui passe bien en libre autour de 7a+/b. Pour s’amuser, nous avons utilisé la colo au départ de Vertige (photo ci-dessous) avant de rejoindre notre longueur. On peut tirer après le surplomb encore sur 20 mètres de 6a+ (la longueur totale fait alors 52 mètres) jusqu’au relais sur la vire avant la longueur en 7b+. Cette solution nous parait meilleure qu’enchainer le 6a+ et le 7b+ d’après car l’assureur ne voit pas le grimpeur dans le dur.

A l'attaque de la longueur déversante et du toit  en 7a+/b

Dans la colo géante de Vertige avant d’attaquer la longueur déversante dans le jaune  et le toit en 7a+/b qui suit

Après cette grande longueur, une longueur très dure en 7b/+ vous attend. Pas évidente du tout à vue avec des prises qui piquent bien les doigts : première partie technique en bombé et dièdre techniques puis surplomb physique sur prises coupantes. Pas de doute, la voie est presque neuve ! Un beau challenge à vue pour doigts d’acier. Plus qu’à sortir par une belle longueur verdonesque en 6a+ sur dalle grise à cannelure et le tour est joué ! Retour à Aiglun en 30 minutes en remontant à un petit col au sommet de la face de droite (kairns).

Combinaison Saga/Dissipation : la classique ultra-variée en 6b/6c

Attention voie majeure : cette combinaison des 2 voies Saga et Dissipation présentée dans le livre de Philippe Mussatto emprunte les plus belles longueurs des 2 voies pour un voyage de 250 m très varié qui passe en dalles à trou, mur raide, dévers sur colo puis dalles à choux-fleur.

La voie commence par Saga. Après un mur raide de 15 mètres (plutôt 6b que 6a+), une longue traversée de 25 mètres en 6a où il faut bien gérer le tirage permet de rejoindre le premier relais. Suit une belle longueur en dalle en 6c et une longueur plus raide mais à très bonnes prises en 6b/+.  Le bas de la paroi est à l’ombre jusqu’à 11 heures le matin ce qui permet de tirer quelques longueurs au frais, au moins 3 ou 4.

A l'attaque de la première longueur en traversée en 6a+ de Saga

A l’attaque de la première longueur en traversée en 6a+ de Saga

On arrive alors à une petite grotte logée sur une vire idéale pour taper le pique-nique à l’ombre. De là on repart à l’extrémité gauche de la vire au-dessus d’un petit bitard pour les longueurs de la fin de Dissipation. Fini l’escalade sur les pieds, il faut sortir les biscotaux pour 2 longueurs bien physiques. Les cotations du topo nous ont parues en-deçà de la difficulté des longueurs qui, lorsqu’on enchaine à vue, sont respectivement plus proches de 6c+ puis de 7a.

On quitte Saga : Laurent se frotte aux premiers surplombs de Dissipation

On quitte Saga : Laurent se frotte aux premiers surplombs de Dissipation (6c/+)

Au relais dans la partir dévers de Dissipation : c'est gazeux à souhait

Au relais dans la partir dévers de Dissipation : c’est gazeux à souhait

Passés les dévers, nous arrivons sous les dalles grises de la fin de Dissipation : 2 longueurs démentes autour du 6b, d’abord dans du raide en rocher gris ultra-sculpté puis dans une dalle à choux-fleur de toute beauté. Y’a pas à redire : dans ce niveau de difficulté, il n’y a pas plus belles longueurs. On rejoint alors une grande rampe ascendante vers la gauche où on fait relais.

Eric dans la dalles à choux-fleur du haut de Dissipation

Eric dans la dalles à choux-fleur du haut de Dissipation

Malheureusement nous n’avons pas trouvé la dernière longueur en 7a. Depuis la rampe où se trouve le dernier relais, vous pouvez avancer un peu et trouver un second relais au pied d’un arbre. De là part une longueur très déversante équipée sur spits, sans doute le 7a. Plus loin on trouve presque à l’extrémité gauche de la rampe, une longueur en dalle sur de vieux spits de 8 mm. Nous sommes sortis par les rochers brisés à gauche de la rampe. Retour au parking en 20 minutes après avoir atteint la crête.

L’artisan du 8ème jour : ça déverse dans le 7a/7b

Le meilleur est pour la fin. Ou plutôt c’est la voie où tout a commencé pour moi puisque ce fut ma première voie à Aiglun. Il fallait être frais pour tenter les enchainements à vue des longueurs. Cette voie ouverte par Gérard Thomas est une référence dans le niveau 7b. Même si le niveau obligatoire n’est que de 6b/c, un niveau à vue de 7b semble tout indiqué pour se faire plaisir et ne pas saucissonner à tous les points. Les cotations du topo nous ont parues être des cotations qu’on trouve en falaise, sans notion de fatigue, donc bien justes. Il faut donc bien grimper tout le long !

Nous avons décidé avec Laurent de partir dans la longueur originale en 7b+. Difficile à froid, après un départ sur grosses prises et verrous, une petite traversée bien siouxe sur petites prises conduit à un dièdre déversant bien technique où il faut sortir écart et adhérence.  J’avoue que l’enchainement de toutes les sections de la longueur, même entrecoupée de bon repos, me parait difficile et qu’elle mérite amplement sont 7b+.

Laurent dans le dièdre technique de la première longueur : la cotation de 7b+ me parait amplement méritée !

Laurent dans le dièdre technique de la première longueur : la cotation de 7b+ me parait amplement méritée !

Après ça une jolie dalle commune avec Dissipation permet de nous amener sous la longueur clé de la voie. Après une première partie bien soutenue en légers dévers, la longueur bute sous un toit. De là 2 options : gauche ou droite. L’option de gauche, même avec une prise taillée, m’a semblée beaucoup plus esthétique vu la colo géante au-dessus ! Je me suis un peu emballé sur la taille de la colo, les plus grosses ne sont pas toujours les plus prisues, et sans prendre assez de repos avant, je vole plus haut (argghh !). La longueur vaut encore bien son 7b+ falaise. Le relais se trouve dans un énorme arbre ultra-confort.

Eric s'attaque à l'énorme colo de la 3ème longueur en 7b+

Eric s’attaque à l’énorme colo de la 3ème longueur en 7b+

Juste au-dessus part la plus belle longueur de la voie à mon sens : 20 mètres de dévers sur colonnettes qui offre une grimpe bien rési où il faut pas mal de continuité pour enchainer. Il faut bien trouver les bonnes prises dans le haut sous peine d’exploser en vol ! La longueur est très bien équipée (trop ?) et il ne faut pas hésiter à passer des points dans l’enchainement pour s’économiser sous peine de se fatiguer très vite à clipper…

La plus belle longueur de la voie car la plus atypique : 20 mètres de colonettes à serrer, un enchainement bien rési

La plus belle longueur de la voie car la plus atypique : 20 mètres de colonettes à serrer, un enchainement bien rési

Après ce n’est pas fini : si vous n’étiez pas encre daubé, la longueur qui suit cotée 6c/7a (je penche plus pour un enchainement en 7a) fatigue bien les avant bras. Début technique, traversée qui ne l’est pas moins, toit ou il faut bloquer bas puis fin bien conti en 6b/+, tout y est ! Attention de bien gérer le tirage sous le toit sous peine de tracter la corde dans le haut.

Après une courte longueur de 15 mètres en 6c/7a bien bloc (un mouvement) permet de donner accès aux 2 dernières longueurs en 7a+.

Laurent délaie avant un pas encore bien bloc

Laurent délaie avant un pas encore bien bloc

Les deux dernières longueurs de la fin offre une escalade ultra-conti sur grosses prises. Le premier 7a+ sur grosses prises est très homogène avec une section un peu plus marquée mais qui se négocie bien si on part du bon côté. S’il vous reste un peu de force et que la continuité est votre amie, l’enchainement est largement faisable. Attention, il manque un spit de 10 mm au relais de cette avant-dernière longueur…

Eric dans le premier des deux 7a+ de la fin de l'Artisan

Eric dans le premier des deux 7a+ de la fin de l’Artisan

La dernière longueur passe dans le gros nez final. C’est impressionnant du bas mais ça passe bien sur bons trous qui coupent bien les doigts au passage : n’hésitez pas à tenter l’enchainement, ça passe bien ! Du sommet de ce nez, il ne reste plus qu’à rejoindre la crête par 45 mètres de bartassage.

En conclusion, l’artisan du 8ème jour est une bien belle voie avec des longueurs qui « grimpent » tout le long mais où l’équipement abondant permet de sortir même complétement « pété ». C’est aussi ça l’escalade moderne : le plaisir avant tout sans stress.

Après l’effort le réconfort…

Un séjour par Aiglun doit forcément comporter une halte à l’auberge Calendal au centre du village. Réconfort après la grimpe : bière pression, pizzas géantes et plateau de fromages de pays à volonté, desserts de fou, … de quoi bien grimper le lendemain !

La pizza de l'auberge de Calendal

La pizza de l’auberge de Calendal les vendredis soir

Infos pratiques

Les meilleures périodes pour grimper à Aiglun sont l’automne et le printemps. Il est tout à fait possible d’y grimper l’hiver avec des journées ensoleillées si on part suffisamment tôt, pas trop quand même car les voies passent au soleil à 10 heures (secteur Cerise) et 11 heures (secteur Saga). De plus, passée l’affluence de la saison estivale, le village est plus tranquille.

L’auberge de Calendal vous accueille au centre du village pour boire une bière, manger ou dormir (site internet). Petite info pratique : le vendredi c’est pizza.

Le topo est celui des Alpes-Maritimes. Les topos de pas mal de voies récentes sont sur le site de guides06 : par exemple, l’artisan du 8ème jour et cocotte minute.

Côté matos : celui classique de grande voie sportive. Nous avons hissé le sac dans toutes les longueurs sauf dans le 4+ de Cocotte Minute et à la sortie de Dissipation. Le hissage est donc conseillé surtout pour l’artisan du 8ème jour.

escalade-enfants-jeunes-équilibre-vertical-lyon

Escalade en extérieur pour les enfants et les jeunes

Les moniteurs d’Équilibre Vertical font découvrir l’activité escalade en milieu naturel aux groupes d’enfants et de jeunes. Notre terrain de jeu est la nature et les falaises autour de Lyon (Beaujolais, Monts du Lyonnais), le Pilât et les falaises de l’Ain.

Depuis 2010, nous accueillons des jeunes toute l’année, à condition que la météo le permette, sur les falaises autour de Lyon. Nous travaillons avec les clubs sportifs et les associations, les centres sociaux, centres aérés et d’animations, les maisons des jeunes et de la culture (MJC).

Via cordata à l'école d'escalade de Limas près de Lyon

Via cordata à l’école d’escalade de Limas près de Lyon

L’escalade : un sport complet pour les enfants et les jeunes

L’escalade est un sport idéal pour les enfants et les adolescents car il met en jeu de nombreuses qualités :

  • l’escalade est une activité de pleine nature : les enfants et les jeunes sont dans un environnement naturel : ils découvrent le rocher, les végétaux et la faune des falaises ;
  • c’est une activité physique qui fait appel à tous les muscles du corps, c’est une expérience riche et qui impose de bien placer son corps et qui nécessite de la coordination dans les mouvements de pieds et de mains ;
  • l’escalade requiert de la concentration pour réaliser des mouvements précis sur ses pieds et ses mains sur les prises du rocher ;
  • l’esprit de cordée est fondamental : l’escalade apprend aux jeunes la confiance en l’autre et leur enseigne que l’esprit d’équipe et l’entraide mutuelle sont des choses essentielles pour arriver au sommet : un encouragement est toujours le bienvenu ;
  • l’escalade favorise la créativité : les enfants et les jeunes inventent des mouvements sur les nombreuses prises du rocher avec des préhensions variées. La grimpe est souvent affaire de découverte !

Vous êtes une association, un club ou un centre accueillant des enfants ou des adolescents et vous souhaitez monter un projet éducatif ou sportif autour de l’escalade ? Contactez-nous, il y a sans doute une falaise pas trop loin de chez vous !

Pour une demande de renseignements et de devis :
06 13 68 26 05
contact@equilibrevertical.fr

Logo Equilibre Vertical

Equilibre  Vertical à Lyon est un bureau de moniteurs d’escalade et de canyoning disposant de diplômes BEES 1 escalade et DEJEPS escalade en milieux naturels. Chaque moniteur dispose d’une carte professionnelle lui autorisant d’exercer et d’un agrément Jeunesse et Sport. Site web : http://www.equilibrevertical.fr.

Photos d’ateliers escalade, rappel, via corda, slackline et tyrolienne sur la falaise école de Limas à côté de Villefranche avec Cap Générations en mai 2014 :

Les enfants aprennent à faire confiance au matériel à l'école d'escalade de Limas près de Lyon

Les enfants apprennent à faire confiance au matériel à l’école d’escalade de Limas

Les enfants font cordée à l'école d'escalade de Limas

Les enfants font cordée à l’école d’escalade de Limas

Atelier rappel à l'école d'escalade de Limas

Atelier rappel à l’école d’escalade de Limas