Archives de catégorie : Articles à la une

Pin Bouchain : une nouvelle falaise dans le Rhône en 2018

La falaise école des Sauvages « le Pin Bouchain » proposera dès le printemps 2018 une quinzaine de voies entre 5a et 7a dans un joli cadre de pleine nature. Une nouvelle falaise dans le Rhône ? Pas vraiment car la falaise des Sauvages a été équipée il y a très longtemps. Peu à peu tombée dans l’oubli, le matériel avait vieilli et un accident il y a quelques années avait contraint le propriétaire à interdire l’accès au site.

Situé à 30 kilomètres à l’ouest de Lyon, le col du Pin Bouchain a quelque de fascinant puisque beaucoup de monde y est passé par là dans le passé… Il fut d’abord le lieu de passage de la voie Romaine qui reliait Lugdunum (Lyon) à Rome pour devenir vers 1750 la Grande Route Royale qui allait de Paris à la Méditerranée via Lyon, avant de devenir Route Impériale durant l’Empire au 19ème siècle pour relier de nouveau Rome. Construite vers 1835, la RN7 était la plus longue nationale de France avec ses 996 kilomètres ralliant Paris à Menton, c’était l’un des principaux axes routiers pour relier le Sud avant que les autoroutes A6 et A7 ne la supplante. Le col du Pin Bouchain est le premier col franchi par le Tour de France en 1903. Il a depuis retrouvé un peu de son calme…

Vue sur la plaine de la Loire et le Forez depuis le col du Pin Bouchain

J’ai découvert cette petite carrière désaffectée en 2015 en me baladant dans les bois à côté du col. On grimpait ici depuis longtemps pour sûr puisque de l’équipement y était en place, en revanche il était dans un état plus que douteux : pitons rouillés et spits de 8 mm en aluminium ! Avec l’accord des propriétaires des terrains, je décidais en novembre 2015 de donner un coup de jeune à cette ancienne falaise avec comme objectif pourquoi pas d’y regrimper un jour. A part la falaise d’été de Saint-Symphorien de Lay située à 10 kilomètres, il n’y avait pas grand chose dans le coin pour grimper dehors le reste de l’année, il ne fallait donc pas louper l’occasion d’agrandir le terrain de jeu ! Cette année-là, pour marquer le départ de ce projet, je trace une nouvelle voie dans le beau dièdre de la carrière : Révolution.

Une ancienne carrière abandonnée redevenue falaise école

A partir de 2016, avec le soutien de la FFME 69, j’ai commencé à remettre l’équipement du site aux normes puis les accès ont été nettoyés par les grimpeurs locaux. En 2017, le propriétaire du site a accepté de conventionner le site avec la communauté d’agglomération de l’Ouest Rhodanien pour permettre l’accès du site aux grimpeurs à partir de 2018. Je remercie au passage toutes les personnes qui ont permis que ce projet aboutisse !

Le rocher est un gneiss assez compact parcouru par de nombreuses fissures très franches. Les voies d’un peu moins de 20 mètres offrent une escalade assez technique avec des passages qu’on pourrait retrouver dans des voies granitiques en montagne, d’où le nom de certaines voies. J’y ai même ouvert une voie du bas sur coinceurs dans les belles fissures du centre de la face ! Les coincements de main hand jam et de doigts finger locks sont parfois utiles pour venir à bout des voies.

Une escalade assez technique en dalles et fissures typée montagne

Actuellement, le site propose une quinzaine de voies dans des cotations allant de 5a à 7a avec des perspectives de développement sur la droite du secteur actuellement équipé. Le pied des voies est assez dégagé et l’altitude du site (730 mètres) et l’orientation sud/sud ouest permet de grimper presque toute l’année. Chose intéressante, on y accède en 30 minutes depuis le nord de Lyon via la nouvelle autoroute A89.

Premier parcours des voies après le rééquipement. Hélène dans Révolution (6b) la première voie équipée en novembre 2015 qui marque le renouveau de la falaise

Ouverture au printemps 2018

Le site est en cours de conventionnement et sera officiellement ouvert aux grimpeurs au printemps 2018. En attendant la parution du prochain topo de la FFME « Escalade autour de Lyon » en début d’année 2018, un topo du site est disponible sur le bloc. Je vous serai reconnaissant d’acheter le topo papier de la FFME si vous venez grimper puisque l’entretien du site passe par la vente de ce topo. Merci !!

Si vous voulez vous rendre et tester les voies avant le printemps, merci d’envoyer un mail à eric(at)bem-lyon.fr pour signaler votre présence, le site est en effet situé sur une propriété privée et l’escalade n’y est en théorie pas encore autorisée.

 

logo-hold-up-mur

Hold’Up : une nouvelle salle de bloc et de pan à Lyon

Hold’Up, la nouvelle salle d’escalade de bloc et de pan à Lyon ouvrira ses portes lundi 23 octobre 2017.

Situé à Lyon Vaise, proche du métro (ligne D arrêt Valmy) et des accès routiers, ce nouvel espace de grimpe permet aux grimpeurs de tous les niveaux de pratiquer l’activité 7j/7. Idéalement situé pour venir s’entraîner depuis Lyon 9ème, 1er ou 4ème arrondissement, mais aussi depuis l’Ouest et le Nord de Lyon.

Une salle de bloc accessible en métro au nord-ouest de Lyon

La salle est construite par Planet Roc, un travail très soigné avec des monteurs efficaces et appliqués. Les ouvreurs : Max, Phil, Mathias, Raphy, Bastien, Axel, Thomas et Sylvain ont calé les blocs au millimètre. La zone de PAN vous attend pour tracer des circuits… La salle ouvrira un club escalade loisir affilié FFME dès cet hiver.

Sylvain Conod, le responsable technique et moniteur escalade de la salle proposera des sorties via le Bureau Escalade Montagne : http://www.bem-lyon.fr

Toute les infos, plan d’accès, horaires d’ouverture et tarifs sont sur http://holdup-escalade.fr

Allez tester la salle dès ce lundi et donnez-nous vos avis !

L’accès à la salle :

Des photos de la salle (crédits : Hold’Up)

Topo d’escalade dans le Bugey : falaise d’Armix (la Burbanche)

La falaise d’Armix est située au-dessus du village de la Burbanche dans le Bugey, massif calcaire préalpin du département de l’Ain. Elle est bien visible depuis la route nationale qui relie Ambérieu en Bugey et Belley. Sous l’impulsion d’un BE escalade de l’Ain, Xavier Poilbout, plusieurs petites grandes voies ont été ouvertes ces dernières années. On vous donne toutes les infos en exclusivité sur ce joli coin de rocher à 1h15 de Lyon !

Le topo ci-dessous a été réalisé par Xavier POILBOUT (http://www.lezard-des-bois.fr).

Avant-propos

Suite à l’envie d’effectuer des voies de plusieurs longueurs dans l’Ain, une opportunité c’est ouverte sur la falaise d’Armix (nommée également la Burbanche). L’occasion fut belle et on décida de contacter les propriétaires qui sont ici les communes d’Armix et la Burbanche. On les remercie de leur confiance ainsi qu’à la communauté de commune Bugey-Arènes-Furans (depuis celle-ci a fusionné avec d’autres).

C’est une belle falaise, avec une belle ambiance, mais malheureusement le rocher n’est pas bon partout, ce qui réduit les possibilités d’équipement, mais il y a de quoi faire et parfois sur des parties de très beau rocher. C’est le rocher de l’Ain et non pas les Aravis !

Ce topo a le mérite d’être ce qu’il est et est fait dans l’esprit du partage. Si vous avez des critiques à faire, qu’elles soient constructives pour améliorer les choses et elles seront parfaitement acceptées. N’hésitez pas, tout le monde fait des erreurs. Le temps manque pour faire un joli topo donc celui-ci est assez sommaire, merci de votre compréhension.

> lien vers le topo au format PDF : topo falaise d’armix

Accès et parking

Situé dans le massif du Bugey dans le département de l’Ain, la falaise se trouve à la sortie de la Cluses des hôpitaux direction Belley (route Ambérieu en Bugey / Belley). Lorsque vous arrivez sur Rossilon, montez une petite route direction Armix.

Plan d’accès aux secteurs, le carré bleu indique le parking obligatoire. 2 secteurs d’escalade existent : Petite Falaise au nord-ouest et Grande Falaise au sud-est. Les secteurs au nord et au sud sont interdits à l’escalade par l’Arrêté Préfectoral de Protection des Biotopes.

Le demi-tour étant difficile à effectuer, je vous conseille de faire celui-ci au village et de redescendre pour prendre le premier chemin carrossable visible : un très gros panneau blanc vous indique la direction. Celui-ci sera changé pour quelque chose de plus joli et plus discret. Continuer le chemin jusqu’au panneau d’information, se garer derrière celui-ci (c’est prévu  pour). Ne pas continuer le chemin en voiture SVP !

Pour se rendre aux différents secteurs, continuer à pied le chemin carrossable, une signalisation a été mis en place. Le principe étant de rejoindre un couloir de descente, au départ d’une petite prairie. Arrivé en bas (5min) soit vous vous dirigez à droite direction petite falaise, soit à gauche direction grande falaise. Environ 20 à 30 min d’approche selon les voies.

Respect de l’environnement

Vous avez de très grande chance de rencontrer des chamois sur votre chemin ou en haut de la falaise. Respectons-les, ainsi que les riverains. Respectons la nature en général, il n’y a pas que des chamois ! Lorsque vous serez au pied, je vous conseille fortement de porter le casque car ces fameux chamois crapahutent sur les vires au-dessus de vous. Surtout à la petite falaise.

Topo des voies : petite falaise (falaise nord-ouest)

3 voies sont actuellement ouvertes dans la falaise à l’ouest du couloir de descente :

L’orientation de la falaise est sud-ouest : les voies sont à l’ombre le matin.

Lien vers les topos au format PDF des voies du secteur Petite Falaise :

Avertissement : les voies sont nouvelles et même si les ouvreurs ont purgé les rochers instables après leur passage, attention de prendre toutes les précautions nécessaires lors du parcours de voies. Le site est classé « Terrain d’Aventure », ce n’est donc pas une falaise école sportive…

Topo des voies de la grande falaise (falaise sud-est)

Ce secteur est en développement. Une seule voie est pour l’instant parcourable en l’état.

Lien vers les topos au format PDF des voies du secteur Grande Falaise :

Avis aux équipeurs motivés…

Vu le travail à fournir (on n’est pas sur un site d’une longueur), l’objectif est d’amorcer une dynamique d‘équipement pour que d’autres puissent se lancer. Donc avis aux futurs équipeurs, l’AGESSEC peut vous aider pour l’équipement. Il suffit de contacter le responsable technique. L’idée est également d’avoir un panel de voies assez variées et autant que possible dans des niveaux différents de facile à dur, des voies « avec points d’ancrage » (terrain d’aventure quand même, cela veut bien dire ce que ça veut dire), du terrain d’aventure avec pose de protections amovibles, et pourquoi pas voies d’artificiel pour les amateurs. SVP ne taillez pas de prises, ce serait sympa !

Pour plus de renseignements sur le site d’escalade d’Armix et l’équipement de voies dans le secteur, contactez Xavier POILBOUT (http://www.lezard-des-bois.fr).

Retour vers la page des topos.

chenille prale du buis

Chenille de la pyrale du buis : le retour

La chenille de la pyrale du buis a fait son retour dans l’Ain début août et notamment dans le Bugey où toutes les falaises de la vallée de l’Albarine sont touchées : Argis, Tenay et la via ferrata d’Hostiaz, etc.

La pyrale du buis est un insecte particulièrement vorace qui s’attaque sans relâche et exclusivement au buis. Après avoir dévoré toutes les feuilles, cette chenille verte d’environ 4 cm n’hésite pas à s’en prendre à l’écorce, laissant ainsi s’engouffrer les maladies et donnant à la plante morte un aspect complètement grillé.

Originaire d’Asie orientale, la pyrale du buis est arrivée en France en 2008 et, sans prédateur connu, prolifère depuis cette date sur le territoire national. Verte au départ, la chenille devient brune et se transforme en papillon au bout d’un mois.

La pyrale du buis : véritable danger pour l’écosystème de la falaise

Les chenilles de la pyrale du buis sur la via ferrata d'Hostiaz le 12 août 2017

Les chenilles de la pyrale du buis sur la via ferrata d’Hostiaz le 12 août 2017 (coll. E. Chaxel)

Le buis fait partie de l’écosystème des falaises de nos régions de préalpes, la plante assure notamment la cohésion des pentes en sommet de falaise. En plus de l’aspect visuel de désolation et de sécheresse laissé par le passage chenille sur la végétation, la disparition du buis sur les falaises fait craindre le pire : chutes de pierre et incendies en période sèche. Une vraie tragédie pour les activités de pleine nature dans la région.

chouette-hulotte

Chouette hulotte à Curis au Mont d’Or : arrêté municipal jusque juin 2017

Une chouette Hulotte (espèce protégée) niche actuellement dans la voie du dièdre (voie 21 « Born rue Proudhon ») sur la falaise école de Curis au Mont d’Or. Pour préserver la tranquillité du volatile et la sécurité des grimpeurs, un arrêté municipal en accord avec les différents partenaires (Mairie de Curis au Mont d’Or, LPO, FFME) a été pris le 31 mars.

Escalade interdite sur le secteur Est (voie 16 à 24) jusque fin juin 2017

Cet arrêté municipal interdit la grimpe sur la partie Est du Site (de la voie 16 à la voie 24) jusqu’à fin juin (fin de la nidification).

Falaise de Curis au Mont d’Or : secteur Est interdit jusque fin juin 2017 (photo d’archive)

Plus d’infos sur le site de la mairie de Curis au Mont d’Or : http://www.curis.fr/site-descalade-et-chouette-hulotte/

Photo de couverture : Académie de Lyon

image-inauguration-mroc3

Inauguration de la salle de bloc M’Roc3 le jeudi 9 mars

Vous êtes encore nombreuses et nombreux à être dans le flou sur la date d’ouverture et sur la localisation exacte de la nouvelle salle d’escalade M’Roc3. On vous donne les réponses à vos questions !

La salle M’Roc3 ouvrira ses portes le jeudi 9 mars 2017 avec un open de bloc à partir de 19 heures. Voici l’affiche de la soirée (copyright & événement facebook : lien)

affiche-inauguration-mroc3

L’adresse de la salle est : Parc Bataille – 39 rue du président Kruger à Lyon (arrêt métro D Laënnec)

programme-entrainement_escalade-falaise-sae

Entrainement escalade en salle (SAE) : comment se préparer à la falaise ?

ENTRAINEMENT ESCALADE. Les fêtes sont passées et vous avez consommé pas mal d’aliments bons pour votre cerveau mais pas forcément pour vos muscles de grimpeurs… et le printemps et le temps des sorties en falaise n’est finalement plus si loin. Voici un programme d’entrainement avec 4 RÈGLES à suivre pour préparer vos sorties en falaise.

Avez-vous remarqué dans votre pratique personnelle que vos séances d’entrainement en salle ne portaient pas toujours leur fruit en falaise. Pourquoi ? Simplement parce que la grimpe en falaise ne fait pas appel aux mêmes qualités physiques et mentales que la grimpe en salle. Voici un programme d’entrainement qui va vous aider à passer sans problème de la salle à la falaise.

Un programme d’entrainement escalade en 4 règles simples… le fight club pour mieux grimper en falaise

POUR QUI ? Pour tous les grimpeurs désirant améliorer leur niveau en falaise en s’entrainant en salle. Peu importe le niveau, les exemples de séances de l’article sont adaptés à la majorité des grimpeurs qui évoluent dans des cotations de 5c à 8a.

Ce PROGRAMME D’ENTRAINEMENT est basé sur le respect de 4 RÈGLES. Pour le mener à bien vous aurez besoin d’un accès à une salle d’escalade 1 à 2 fois par semaine. 2 séances de 2 heures 30 tous les 2 jours semblent un bon rythme (par exemple le mardi et le jeudi soir de 19h à 21h30). Il vous suffit de suivre ce programme pendant 1 à 2 mois pour des effets visibles.


RÈGLE #1. Toujours s’échauffer, s’hydrater et se reposer

Lors de votre pratique sportive, il faut respecter ces 3 règles :

  1. ÉCHAUFFEMENT : pour faire monter le corps en température, pour améliorer la tonicité musculaire et pour favoriser la souplesse articulaire.
  2. HYDRATATION : avant, pendant et après vos séances, ayez toujours avec vous une bouteille d’eau. La déshydratation est une cause très importante de blessure !
  3. REPOS : si vous vous sentez fatigué ou malade, n’insistez pas : reposez-vous ! Votre corps vous envoie des signaux qu’il faut décoder. Si vous forcez c’est la blessure assurée… et fini le sport.

N’oubliez pas… respecter la règle #1 c’est éviter les blessures !


RÈGLE #2. Préparer son corps à l’effort : le « cardio »  (3 fois/semaine)

Tout au long de votre entrainement et à plus forte raison après une soirée arrosée, il est nécessaire de réaliser fréquemment un petit « décrassage ».

C’est ce qu’on appelle travailler le CARDIO. En pratiquant des sports de fond, vous allez acquérir naturellement de la CONTINUITÉ, un terme assez générique pour qualifier la faculté de l’organisme à s’oxygéner et à limiter la stagnation de l’acide lactique dans les muscles.

Quel sport ? course à pied, le rameur ou de vélo sont des activités idéales pour activer l’organisme et éliminer les produits dangereux pour les muscles et les tendons. Si vous avez des fragilités articulaires aux genoux, privilégiez un sport porté comme le vélo ou le rameur.

Quelle allure ? il ne faut pas chercher à courir un sprint mais adapter une allure qualifiée de footing. Si vous ne connaissez pas votre allure de footing, utilisez un cardiomètre pour vos sessions cardio. Une allure trop élevée va générer de la fatigue et des douleurs.

Combien de temps ? 20 à 30 minutes devraient suffire. Passée la phase transitoire d’activation du système cardiovasculaire, gardez un rythme à pulsation cardiaque constante pendant 15 minutes.

Ajouter des ÉTIREMENTS à la fin de vos séances, prévoyez 5 à 10 minutes de retour au calme et d’étirements. Privilégiez les groupes musculaires et les articulations qui ont été actifs durant l’effort : bras ou jambes selon le sport pratiqué. Ajouter quelques exercices de GAINAGE si vous grimpez dans des voies déversantes.

En plus de vous sentir en bonne santé, ces séances de cardio vont vous faire gagner en continuité et perdre du poids… si si. Attention cependant à la blessure, n’oubliez pas la règle #1 !


RÈGLE #3. Adapter ses séances d’escalade en salle aux contraintes de la grimpe en falaise (2 séances/semaine)

Un peu de vocabulaire pour bien évaluer son niveau en escalade…

Qu’est ce que le NIVEAU MAX ? C’est la cotation que vous pouvez enchainer régulièrement en tête ou en moulinette dans votre salle préférée. On fera la distinction entre niveau :

  • A VUE : vous ne connaissez pas la voie et ne l’avez jamais essayée
  • APRÈS-TRAVAIL : vous connaissez la voie et l’avez déjà essayée ou même déjà réussie

ENCHAINEZ c’est réussir une voie  en grimpant jusqu’au relais avec certaines prises (identifiées en salle par des couleurs) sans chuter ni prendre de repos sur la corde.

Les COTATIONS sont une mesure de la difficulté des voies d’escalade qui se base sur plusieurs critères plus ou moins objectifs.

EXEMPLE DE PROGRAMME DE SÉANCE EN 4 ÉTAPES (A FAIRE 1 A 2 FOIS PAR SEMAINE)

> ÉTAPE 1 : L’échauffement – objectif : se préparer à l’effort et éviter la blessure

Après un échauffement « cardio » de 10 à 15 minutes (voir plus haut) et quelques étirements, enchainez 2 ou 3 voies sans repos (équivalent à 30 mètres d’escalade), mais dans un niveau très facile : un chiffre sous votre niveau max à vue (exemple pour un niveau max à vue de 6a : 5a). Faites cet exercice en moulinette pour ne pas monopoliser trop de temps et ne pas frustrer votre assureur.

Réalisez 2 ou 3 fois cet exercice en augmentant modérément la cotation d’un + maximum à chaque fois.

Finissez l’échauffement par une ou 2 voies dans une lettre de moins que votre niveau max à vue (exemple pour un niveau max à vue de 6a : 5c)

> ÉTAPE 2 : le cœur de séance – objectif : travail de la résistance et du volume

Le cœur de séance va être consacré au travail de 2 axes fondamentaux pour la falaise : la RÉSISTANCE et le VOLUME.

Sans rentrer dans les détails, la RÉSISTANCE est la capacité à faire un grand nombre de mouvements durs mobilisant les fléchisseurs des doigts (les avant-bras) sans être « daubé » (vos avant-bras deviennent des bouteilles) et le VOLUME est la capacité à grimper un grand nombre de voies dans une séance dans son niveau max. Ces 2 qualités sont déterminantes en falaise de type couennes et en grandes voies.

Lors de votre séance, choisissez des voies « continues » c’est à dire qui ne présente pas de passage de bloc où vous pourriez tomber mais où la difficulté consiste à enchainer plusieurs mouvements durs sans « se péter ».

Quelle inclinaison ? dalle, mur raide, dévers, surplomb ? Privilégiez des voies en mur raide et léger dévers pour travailler les muscles fléchisseurs des doigts des avant-bras. Si vous choisissez des voies en fort dévers, vous allez travailler les groupes musculaires biceps ce qui revient à faire des tractions et vous risquez de prendre de la masse musculaire inutile ! Si vous choisissez des voies en dalle, vous axez le travail sur les jambes ou sur des passages de bloc (réglettes).

Quelle difficulté ? Choisissez des voies que vous connaissez dans un niveau dans lequel vous êtes limite mais que vous enchainez à tous les coups. Une bonne indication est de choisir des voies de cotation votre niveau max « à vue ».

Quelle hauteur ? Choisissez des voies de 10 mètres et plus. Si la voie est courte (inférieure à 10 mètres), enchainez 2 voies d’affilée sans repos dans cette difficulté.

Combien de voies (volume) ? Sur les premières séances vous en ferez moins mais visez 10 voies soit au minimum 100 mètres d’escalade à la fin de votre programme. Le volume d’escalade dépendra également de votre forme et de votre motivation le jour J.

Repos ? Prenez 10 minutes de repos minimum entre chaque voie. Plus les voies sont longues et plus vous aurez besoin de repos, par exemple, passez ce temps de repos à 15 minutes si les voies font 20 mètres.

OBJECTIF 10 VOIES 10 MINUTES : enchainez en tête le plus de voies possibles en prenant un repos d’environ 10 minutes entre chaque . Si vous tombez dans les voies, c’est que vous êtes « pété ». Si vous tombez sur un pas difficile, descendez et passez à une autre voie. Le but est d’enchaîner ou à minima de tomber sous le relais. Si vous tombez toujours en bas ou milieu de voie, descendez d’un + en cotation. Hydratez-vous après chaque voie !

Exemple : Eric, grimpe en salle 2 fois par semaine. Il grimpe du 6b+ à vue en falaise et du 7a après-travail en falaise. Dans une zone dévers de la salle, il évolue à vue dans les voies à prises violettes (6b et 6b+) et travaille les voies rouges (6c ou plus),

Sa séance type consistera à enchainer le plus de voies possibles de la couleur violette en léger dévers. Les voies font 15 mètres, il visera 8 voies dans sa séance (soit 120 mètres) en prenant à chaque fois un repos de 10 minutes entre 2 voies.

Si les voies font moins de 10 mètres, il effectue à chaque fois 2 voies.

> ÉTAPE 3 : la fin de séance – objectif : travail du volume

En fin de séance, essayer d’enchainer plusieurs fois de suite une voie dans votre niveau maximum après-travail moins 2 lettres de cotation (exemple d’un grimpeur d’un niveau 6c : 6a). Il faut aller jusqu’à la chute.

Quelle inclinaison ? Privilégiez des voies en mur raide et en dévers

Vous pouvez grimper en moulinette. Si vous grimpez en tête, l’avantage de cet exercice sera de vous habituer à grimper « pété » en tête.

Exemple : Eric, qui enchaîne au maximum des voies en 6c+ et 7a après travail, fini sa séance par plusieurs voies à prises bleues de cotation 6a et 6a+ dans un léger dévers. Il finit la séance « pété ».

> ÉTAPE 4 : Retour au calme objectif : se sentir bien après la grimpe

Après une dernière voie facile en tête pour se faire plaisir et quelques étirements, c’est l’heure de la bière.

A présent il vous faut du repos : hydratez-vous régulièrement et prenez 1 jour de repos sans grimpe au minimum et essayez de faire une séance cardio de « décrassage » le lendemain.


RÈGLE #4. la force c’est bien en abuser ça craint (x séance(s)/semaine)

Et la force dans tout ça ? En falaise, la force est importante dans certains passages où il faut pouvoir « serrer » des petites prises. Augmenter votre niveau de force va aussi permettre d’augmenter votre résistance car moins forcer pour tenir une prise retarde l’apparition d’acide lactique dans les avant-bras. La force est donc une qualité déterminante dans des voies dures. De part mon expérience personnelle, je placerais le curseur à 7b/7b+, en-dessous pas la peine d’en abuser !

Si vous avez encore le temps pour une séance de force dans la semaine, rien de tel qu’une séance de bloc par semaine. Le bloc fait travailler à la fois la force, la stratégie et la technique.

Attention à la blessure : le bloc est une activité facile à pratiquer et la tentation est grande de vite « forcer ». N’oubliez pas la règle #1 : échauffez-vous, hydratez-vous et en cas de fatigue, n’insistez pas : une blessure est vite arrivée mais peut vous empêcher de grimper plusieurs mois !

Je conseillerais plutôt d’intercaler une séance de bloc toutes les 2 semaines. A vous de voir en fonction de votre motivation…

Poutre : c’est l’agrès d’entrainement par excellence. Vous pouvez l’utiliser à condition d’être motivé et de respecter quelques règles. Attention à l’échauffement et à la progressivité des exercices. Le travail sur poutre sollicite fortement les tendons et les articulations des bras et des doigts car vous êtes en suspension sans les pieds. Attention donc à la blessure !

Pan güllich : ce sera pour un prochain article sur la difficulté en falaise. A réserver à des grimpeurs de 8 et plus ou si vous préparez une voie spécifique (de type 10 mouvements sans les pieds), dans les autres cas, je vous conseille d’éviter cet outil d’entrainement sous peine de vous blesser.


CONCLUSION

Voilà, il vous suffit de respecter les 4 règles pendant 1 à 2 mois pour progresser en falaise. Voici un programme résumé pour une semaine :

  • #1 : échauffement, hydratation (pendant, avant, après l’effort) , repos
  • #2 : 3 séances de cardio : course à pieds, vélo, rameur
  • #3 : 2 séances de grimpe en salle spécifique « falaise »
  • #4 : 1 séance de bloc toutes les 2 semaines

Le plus important dans l’entrainement, c’est la motivation : écoutez-vous et surtout écoutez votre corps.

Avec une motivation au top et vos nouvelles capacités physiques force, résistance, continuité et volume, vous êtes presque prêts pour la falaise. Il ne reste plus qu’à travailler la technique en falaise et le mental en vous engageant au-dessus des points et vous ne serez pas loin de la perfection.

Vérifiez les progrès réalisés dans vos projets en falaise ou en grande voie.

Bonne Grimpe !

Lien vers cet article au format PDF : télécharger

Pour plus d’informations et de conseils d’entrainement, n’hésitez pas à me contacter via la page contact.

wezr-meteo-base-jump

WEZR : la révolution météo pour les sports de plein air

C’est avec grand plaisir que je présente aujourd’hui un projet sur lequel j’investis depuis 2014 mes connaissances en météorologie du plein air : WEZR. L’innovation météo est en marche pour tous les sports de pleine nature : montagne, escalade, ski, VTT, voile, kitesurf, parapente, …

WEZR un capteur météo connecté pour les sports nature

La météo est une composante importante de notre pratique de l’escalade en milieu naturel. Il est essentiel de disposer des meilleures prévisions météo possibles pour préparer sa sortie en falaise, en grande voie ou en montagne. Prévoir le bon matos est déterminant pour la réussite de son projet !

De ce constat est né WEZR :  un capteur de météo (pression, température, humidité) nomade que vous emportez partout et qui va vous donner les meilleures prévisions météo possibles grâce à un algorithme de calcul innovant.

wezr-capteur-meteo-bluetooth

Le capteur WEZR tient dans la main et mesure la température, l’humidité et la pression

Chaque utilisateur qui dispose d’un capteur qui envoie en temps-réel des données météo où il se trouve via la connexion bluetooth d’un smartphone connecté au réseau. Ces informations précieuses permettent à un modèle révolutionnaire de recalculer une météo la plus précise possible. L’utilisateur reçoit via son smartphone la prévision sur son spot. Ne cherchez pas, il n’y a pas plus précis pour nos activités de pleine nature !

WEZR est un projet participatif crowd-sourcing : plus le nombre d’utilisateurs sera important et plus les prévisions de météo seront de qualité.

WEZR est une innovation française

Le capteur connecté est une innovation française puisque l’équipe de développement est basée à côté de Montpellier. A l’image de Pioupiou, le capteur météo pour le parapente, WEZR a été imaginé par des passionnés de sports de pleine nature pour la communauté de pratiquants.

En pré-commande le 15 novembre 2016

Découvrez en détail le capteur sur le site internet http://wezr.co. La campagne KissKissBankBank de pré-commande commence le 15 novembre.

Wezr I Decollage immédiat from WEZR Corp. on Vimeo.

escalade jeunes lyon

Saison ESCALADE 2016/2017 au CLUB ALPIN de Lyon Villeurbanne

La saison d’escalade 2016-2017 commence dans quelques semaines au Club Alpin Français (CAF) de Lyon/Villeurbanne. Le club propose des cours d’escalade et des sessions libres à Lyon à destination des enfants, des jeunes et des adultes.

Débutants ou confirmés, comme chaque année le club vous attend nombreux et vous accueille lors des inscriptions  le :

  • Mercredi 14 septembre de 18 h à 20 h
  • Mercredi 21 septembre de 18 h à 20 h  

au CAF de Lyon – Villeurbanne (adresse : 56 rue du 4 août 69100 Villeurbanne).

Les bénévoles encadrants  vous proposent ce programme des murs (SAE), des cycles en falaise, des collectives, et des différents projets pour vous faire découvrir, vous perfectionner dans cette belle discipline de la «  verticalité . Les mots « sécurité, partage, plaisirs » sont nos priorités.

Eric (Equilibre Vertical) assurera comme les années précédentes les cours avec les enfants et les jeunes du club sur le mur d’AZIUM en soirée la semaine.

Lien vers le site du club > aller sur le site du club alpin

déchets-curis

Sites d’escalade péri-urbains : ramenez vos déchets !

Comment ne pas se rendre compte du désastre ? En arrivant un dimanche matin sur le site d’escalade de Curis au Mont d’Or à côté de Lyon, les poubelles disposées sur le site sont remplies à ras bord, des sacs poubelles de fortune sont éventrés et des canettes gisent au sol. Pourquoi ne pas respecter l’environnement de ces sites naturels ?

Les sites d’escalade de la région lyonnaise se comptent sur les doigts d’une main. Ils sont donc très bien connus de la plupart des grimpeurs, de leurs amis et d’autres personnes visiblement peu sensibilisées à l’environnement. Alors que les salles d’escalade regorgent de poubelles et autres réceptacles à détritus, ce n’est pas le cas des sites naturels. A part ceux de Curis au Mont d’Or ou de Riverie qui sont équipés de poubelles, les autres ne le sont pas. Et quand les poubelles sont pleines on en revient au même : où jeter ses déchets ?

La solution est simple : ramener ses déchets chez soi

Pour certaines personnes, c’est assez simple : on les laisse sur place dans un sac plastique. Certainement quelqu’un viendra les chercher ? Un employé de la commune avec un gros camion ? Au passage, le sac plastique sera éventré pendant la nuit par un animal qui disséminera les déchets partout sur le site. Pas facile de tout ramasser au petit matin.

A force de jouer la carte de la poubelle omniprésente dans nos vies, on en oublie l’essentiel : comment faire sans ? Et là, visiblement certains n’ont pas la réponse. C’est pourtant si simple de prévoir un petit sac poubelle pour ramener ses déchets chez soi !

Idem pour les mégots de cigarettes : n’oubliez pas qu’un filtre mettra de 2 à 3 ans pour se décomposer dans la nature… On ramène tout ça à la maison !

Déchets sur la falaise d'escalade de Curis au Mont d'Or

Déchets sur la falaise d’escalade de Curis au Mont d’Or près de Lyon le dimanche 5 juin 2016 : certains ont même pensé à brûler leurs déchets. Beau réflexe !

Déchets sur la falaise d'escalade de Curis au Mont d'Or

Déchets sur la falaise d’escalade de Curis au Mont d’Or près de Lyon le dimanche 5 juin 2016 : les poubelles sont pleines et les bouteilles de bières et les canettes se retrouvent par terre.

Même constat à Saint-Genis les Ollières, un petit site de bloc dans un cadre naturel somptueux victime de son succès où des personnes font des feus en soirée sur les blocs et ne prennent pas le temps de ramasser leurs déchets. La situation est connue et nul doute que les personnes responsables de ces dégradations ne sont pas les grimpeurs qui fréquentent le site d’escalade !

La solution : éducation, verbalisation ou… interdiction ?

Alors que faire ? Pour l’instant ramasser la merde des autres en attentant que le développement durable rentre dans toutes les têtes par l’éducation ou par la verbalisation, au choix de nos élus, en espérant qu’on évite l’interdiction pure et simple de ces lieux naturels rares en proximité urbaine, véritables poumons de nature pour les citadins que nous sommes.

Déchets à Saint-GEnis les Ollières

Déchets sur le site d’escalade sur bloc de Saint-Genis les Ollières près de Lyon le vendredi 10 juin 2016