Vue sur Lyon depuis Croix Rousse

Où grimper à Lyon ?

On pourrait penser que faire de l’escalade à Lyon consiste à escalader des bâtiments de la cité des Gaules. Bien que située à une certaine distance des premières falaises et sommets dignes d’intérêt, la Métropole de Lyon est pourtant un bon endroit pour grimper toute l’année. Lyon est une ville qui compte de nombreux pratiquants d’activités sportives de pleine nature, l’escalade en particulier et le département du Rhône et la Métropole de Lyon sont parmi les territoires de France qui comptent le plus de pratiquants licenciés en clubs d’escalade et qui offrent un large choix de structures artificielles d’escalade (SAE). Les falaises ne sont pas très loin et des spots magnifiques sont accessibles à la demi-journée.

L’escalade au cœur de la Métropole de Lyon

C’est en salle que l’escalade s’est le plus démocratisé ces dernières années. Plusieurs salles privées sont implantées depuis plusieurs années : le Mur de Lyon à côté du métro Jean Macé à Lyon 7ème et de M’Roc2 à Villeurbanne. Une troisième salle a rejoint ce duo en 2012 : il s’agît d’Azium située dans le nouveau quartier de la Confluence. Ces salles privées offrent tous les services au grimpeur moderne pour qui la grimpe est l’occasion de faire du sport mais pas que : se détendre après une journée de travail ou voir simplement des amis. Accessibles tous les jours et jusque tard en soirée, les salles d’escalade privées sont très prisées.

Le milieu de la grimpe lyonnais s’appuie également sur des dizaines de clubs proposant des activités comme l’escalade, l’alpinisme, la cascade de glace ainsi que d’autres activités de montagne comme le ski de randonnée ou le canyoning. Ces clubs pratiquent régulièrement l’escalade sur une trentaine de structures artificielles d’escalade (SAE). La FFME et la FFCAM compte dans l’agglomération lyonnaise près de 5000 licenciés qui pratiquent régulièrement des sports de montagne. Certains clubs de Lyon et du Rhône se distinguent souvent par les résultats de leurs athlètes en compétitions nationales et internationales.

Pour tout savoir sur la grimpe en salle à Lyon > suivez ce lien

Grimper en falaise autour de Lyon : c’est possible !

Lyon est la 4ème agglomération française et a l’atout d’être située non loin des Alpes. Quelques petites falaises ont été découvertes très tôt autour de la ville : on pratique l’escalade sur la carrière de Curis au Mont d’Or depuis longtemps mais les falaises les plus intéressantes en nombre et variété des voies, hauteur, qualité du rocher sont situées à un peu plus de 50 km, dans l’Ain et notamment dans le Bugey, massif calcaire qui regorge de falaises, gorges et canyons. Les falaises de Cerdon, Neuville sur Ain ont été équipées dès le début des années 80 par le club Hot Roc situé à… Saint-Genis-Laval ! Les falaises de Crept ont ensuite été équipées et c’est à ce jour le site d’escalade le plus varié à moins d’une heure de Lyon.

Le grimpeur lyonnais à la recherche de falaises de plus grande ampleur va naturellement se tourner vers les Alpes, le Vercors et les falaises de Presles en tête. De nombreux grimpeurs lyonnais y ont mis la main au perfo : Bruno Fara a notamment ouvert des voies devenues classiques comme Fhara Kiri ou Coucou nous revoilou.

Vous trouverez également à Lyon des moniteurs professionnels de l’escalade qui vous font découvrir l’escalade en falaise de mars à octobre : découvrir les moniteurs d’escalade de Lyon.

Pour tout savoir sur la grimpe en falaise depuis Lyon > suivez ce lien

Lyon vivier de (forts) grimpeurs

Enfin comment parler d’escalade à Lyon sans parler de l’INSA qui a vu naître de grands champions comme François Petit, champion du monde en 1997 et actuel gérant du Mur de Lyon. Une autre figure locale est Chloé Minoret qui a obtenu le titre de championne d’Europe en 2002. La relève semble assurée avec Tito Caleyron et Thomas Ballet qui squattent de temps à autre les podiums en difficulté et en bloc. Esther Bruckner se distingue en épreuves de vitesse. Certains soirs, il n’est pas rare de croiser d’autres forts grimpeurs dans les salles lyonnaises comme Michaël Fuselier, Axel Ballay ou Hélène Janicot.